SciELO - Scientific Electronic Library Online

 
 issue24Space and Metalanguage: Territorial defense author indexsubject indexsearch form
Home Pagealphabetic serial listing  

Services on Demand

Journal

Article

Indicators

Related links

  • Have no similar articlesSimilars in SciELO

Share


Tópicos del seminario

On-line version ISSN 2594-0619Print version ISSN 1665-1200

Abstract

LAMIZET, Bernard. Semiótica del espacio y mediación. Tóp. Sem [online]. 2010, n.24, pp.153-168. ISSN 2594-0619.

L'espace, comme toute catégorie structurante de la pensée et de l'identité du sujet, repose sur un processus de médiation : pour penser l'espace en termes de signification et non en termes d'expérience, pour interpréter l'espace, au lieu de seulement y être confronté dans son existence, il est nécessaire de l'articuler à d'autres catégories. La signification de l'espace et du temps fonde l'identité du sujet de trois façons. D'abord, c'est dans la formulation de la signification de l'espace et du temps que le sujet met en Å“uvre l' expérience d'une sémiotique, en particulier dans la sémiotique psychique de l'espace qui se fonde sur le miroir. Par ailleurs, c'est dans la signification de l'identité du sujet et dans sa relation aux autres que s'instaure la dimension sémiotique de l'espace et du temps. Enfin, la signification de l'espace et du temps fonde l'intelligibilité de l'acti-vité énonciative du sujet. Mais pour penser la sémiotique de l'espace, il importe de définir les trois médiations dans lesquelles s'inscrit sa signification. La médiation entre le singulier et le collectif définit la médiation politique de l'espace. La médiation entre le réel, le symbolique et l'imaginaire définit la médiation sémiotique proprement dite de l'espace. C'est dans l'articulation de ces trois dimensions que l'espace acquiert, pour le sujet, une dimension sémiotique. La médiation entre l'esthétique et le politique définit la médiation esthétique de l'espace, qui prend la forme de ce que l'on appelle, par ailleurs, le paysage, et sa médiation politique, qui prend la forme de ce que l'on appelle, par ailleurs, le territoire. Les frontières structurent les espaces politiques en les articulant à des identités. Les frontières sont les limites qui séparent les pays les uns des autres et qui, ainsi, se font reconnaître une existence politique par les autres pays. La notion de frontière est fondamentale car c'est elle qui, dans la sémiotique politique de l'espace, définit l'identité d'un pays et exprime la reconnaissance de son existence dans l'espace international. Qu'il s'agisse donc du psychisme ou des identités politiques, c'est dans l'espace qu'a lieu le processus constitutif de l'identité : ce que l'on appelle l'identification, la constitution de l'espace public et celle des identités politiques. En ce sens, c'est bien l'espace qui donne à nos identités la matérialité qui leur donne une réalité, étant, elle-même, la première des institutions politiques auxquels ils sont confrontés.

        · abstract in English | Spanish     · text in Spanish     · Spanish ( pdf )

 

Creative Commons License All the contents of this journal, except where otherwise noted, is licensed under a Creative Commons Attribution License